‘Claude Lévi-Strauss par lui-même’

Claude Lévi-Strauss by himself’’, a 2008 documentary film directed by Pierre-André Boutang about a leading French social anthropologist and forerunner exponent of structuralism. Lévi-Strauss was born on November 28, 1908, Brussels, Belgium and died October 30, 2009, Paris, France. Structuralism has influenced not only 20th-century social science but also the study of philosophy, comparative religion, literature, and film.

arte video, 2008

DOWNLOAD
(includes English subtitles)


Pierre-André Boutang et Annie Chevallay retracent en archives l’itinéraire intellectuel d’un homme curieux de tous les hommes. Un portrait lumineux, polyphonique et musical, à l’image de l’œuvre qui l’a inspiré.

S’ouvrant sur la dénonciation précoce des dérives de la société consumériste par Claude Lévi-Strauss, ce film retrace l’itinéraire intellectuel qui le mena de la philosophie à l’anthropologie, de l’amour de la musique au structuralisme. Il nous emmène avec fluidité de son enfance à sa maturité de chercheur, des sommets des Cévennes aux rives de l’Amazone, d’une partition d’orchestre à la structure des mythes, de la Grèce antique aux Bororo. Ce récit à la fois chronologique et thématique donne à voir la vitalité et la beauté de l’oeuvre pour communiquer l’envie de s’y plonger. L’anthropologue écrivain en est le narrateur principal, avec son verbe lumineux, précis, affable ou malicieux – comme dans cette délectable séquence d’essayage chez le tailleur où, futur académicien engoncé dans sa redingote, il évoque son attachement aux “derniers rituels” qui restent à la France.

Pierre-André Boutang et Annie Chevallay ont puisé dans une série d’entretiens accordés par Claude Lévi-Strauss à la télévision avant 1984 (Archives du XXe siècle de Jean-José Marchand, le documentaire Yanomami de Jean-Pierre Marchand, Une approche de Claude Lévi-Strauss de Jean-Claude Bringuier, les émissions de Michel Treguer, Apostrophes de Bernard Pivot), mais aussi dans les archives personnelles du penseur (photos de famille, manuscrits, clichés ou films de terrain). De son portrait enfant peint par son père aux lignes fines de son écriture, elles renforcent le sentiment de cheminer au plus près de l’homme et de sa pensée. Et deux compagnons de route pleins de fraîcheur, Frédéric Keck et Vincent Debaene, qui ont travaillé à l’édition de ses oeuvres parue cette année dans La Pléiade, en livrent quelques-unes des clés.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.